Rechercher

le livre

"" De la Mondialisation à l'Humanisation: repenser la société après la pandémie"



(version définitive construite après la version béta préalablement autoéditée)




Aujourd’hui vous êtes nombreux à vouloir changer de monde.

Mais le sujet vous semble trop vaste, trop grand pour l’appréhender de façon globale.

C’est pour cela que j’ai écrit cet essai : donner une trame de réflexion pour vous aider à faire des propositions.

Pas de relance mais une reconstruction

Cela fait près de 30 ans que je milité pour le changement, que j’analyse et écrit et agit. Le constat est simple :

En mettant à nu notre économie, notre système productif, nos repères, nos fonctionnements, la pandémie nous en montre l’inefficacité. Seule une refonte humaniste profonde de nos modèles de société peut permettre de se relever durablement et quitter un modèle qui a généré 35 crises économiques et financières profondes depuis 1971, une inégalité croissante, des enrichissements indécents.

Pour pouvoir reconstruire une économie, réactive, résiliente, reposant sur les territoires, Il faut d’abord changer les critères économiques en vigueur qui sont l’une des causes premières de notre rigidité. Vous trouverez dans ce livre quatre grandes parties

Hier ne doit pas être demain. Comment la pandémie impacte notre idée même du fonctionnement, pourquoi le système mondialisé est épuisé.

Reconstruire sur de nouvelles bases. Il faut changer de logiciel avec quatre principes fondamentaux (vitesse, monnaie, territoire, couple énergie planète) et une économie reposant sur la subsidiarité.

Nation solidaire, nation stratège : La subsidiarité repose la question des territoires, de leur rôle, de leur légitimité et l’équilibre « publics - privés ». Elle s’appuie sur la notion de nation stratège, nation solidaire, allant jusqu’à l’industrialisation des territoires.

Territoire, une confiance solidaire : La richesse vient des territoires, des hommes et des femmes qui vivent, produisent, créent du lien et de la richesse. De lieux qui doivent assurer leur autonomie (et non autarcie) en temps de crise. Des lieux où acteurs privés et publics sont capables de recréer une solidarité humaine et économique.

En concluant sur la nécessité de faire confiance pour bâtir un nouveau futur, il alerte sur l’urgence de déconstruire les principes actuels pour en construire de nouveaux.

Si on n’agit pas rapidement pour changer le monde, ce sera la rue qui s’en chargera.

0 vue

©2020 par FX Marquis.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now